« Il faut être conscient des avantages et des inconvénients du télétravail… » (Nicolas Diet)

Publié le : 24 octobre 2011 dans la catégorie: Actualités

A l’occasion de ces Rencontres, nous vous proposons plusieurs témoignages de télétravailleurs lozériens ! Nous sommes certains que vous vous retrouverez dans certains portraits. Voici le premier d’entre eux, celui de Nicolas Diet, créateur d’id-ées.

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Nicolas Diet, 35 ans, j’ai créé id-ées (entreprise individuelle à exercice libéral) en janvier 2008, suite à un parcours professionnel dans les domaines de l’événementiel et du tourisme, puis une réorientation vers l’aménagement du territoire et le développement durable. Dans le cadre de cette réorientation, j’ai souhaité compléter ma formation initiale (maîtrise en tourisme) par des formations spécifiques (Master 2 développement durable des territoires montagnards, Approche environnementale de l’urbanisme de l’ADEME). Les missions se concentrent aujourd’hui autour de deux activités : bureau d’études et coordination de projets.

Depuis quand télétravaillez-vous ? C’est un choix, une opportunité, quelque chose qu’on vous a imposé ?

Je télétravaille depuis bientôt 4 ans, guidé par la volonté de développer une activité indépendante, de faire avancer la notion de développement durable dans la société, et de proposer des prestations en phase avec les besoins actuels des collectivités. Ma particularité est que je ne suis pas télétravailleur salarié. Je dois donc démarcher ma clientèle moi-même, principalement en répondant à des appels d’offres. L’activité régulière n’est donc pas garantie. Cette particularité peut induire des périodes de travail en dents de scie, soit très chargées, soit calmes. C’est un phénomène dont il faut avoir conscience, surtout dans les premières années.

Quel(s) avantage(s) voyez-vous dans le fait de télétravailler ?

L’avantage principal est le fait de pouvoir travailler à domicile, et donc de faire des économies de charges locatives. Le second avantage est de pouvoir gérer son emploi du temps librement. Cette structuration permet une certaine flexibilité ainsi que de la réactivité, des points forts aujourd’hui dans le marché du travail.

Y-t-il un(des) inconvénient(s) ? Vous sentez-vous isolé ?

Un des inconvénients est effectivement de travailler à la maison. Cela signifie qu’il faut aimer travailler en solo, et être suffisamment rigoureux pour organiser des journées de travail bien structurées. Mais l’inconvénient majeur, à mon sens, est le fait de ne pas pouvoir échanger au quotidien dans un cadre professionnel avec des collègues (salariés ou associés) : pouvoir partager des informations, des méthodologies de travail, des interrogations… C’est cette « émulsion » qui me manque actuellement.
Malgré tout, mon activité nécessite régulièrement des déplacements, des réunions, des présentations… ce qui permet de rompre avec ce quotidien et de rencontrer dans le cadre de mes missions, des personnes avec qui je peux échanger.
Je souhaite actuellement développer l’activité d’id-ées soit en m’associant et en créant un bureau commun, soit, pourquoi pas, en développant un réseau autour de compétences communes et complémentaires.

Vous utilisez des outils précis pour échanger, discuter… avec vos contacts, vos clients… ?

Oui, les outils classiques aujourd’hui, à savoir les e-mails et le téléphone bien sûr, mais aussi les plateformes ftp (Filezilla) ou des sites type YouSendit pour l’échange de données importantes.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui veut télétravailler ?

Il faut être conscient des avantages et des inconvénients du télétravail, pour les appréhender au mieux et savoir les gérer au quotidien.

Ne plus télétravailler, c’est…

Perdre une forme de liberté et de flexibilité dans le travail.

Serez-vous aux Rencontres du télétravail le 28 octobre ?

Malheureusement non, car mon emploi du temps en cette fin d’année est plutôt chargé. Ce qui est plutôt positif !

« Les Rencontres du télétravail : génèse, déroulement et attentes
« Ne plus télétravailler, c’est arrêter de travailler » (Philippe Montalbetti) »